Ma passion pour la pêche

Cette année, l’ouverture de la pêche à la truite avait lieu le 9 mars. À cette occasion, je suis retourné dans le département où j’ai passé mon enfance : la Haute-Loire. À l’époque, je me rendais chez mes grands parents la plupart des weekends. Mon grand père était un féru de pêche. Il pêchait principalement la truite mais aussi la carpe et le brochet. Nous passions souvent notre samedi au bord de l’eau.

Cette année, pour fêter l’ouverture de la pêche, j’ai décidé de pêcher le long de la Borne. C’est un cours d’eau de première catégorie réputé pour ses truites fario.

Je suis arrivé au bord de l’eau samedi matin à la première heure. J’ai quitté ma résidence principale à trois heure du matin pour commencer à pêcher dès lors que c’est autorisé. Malheureusement, la première matinée ne fut pas mémorable. Les poissons sont peu actifs… J’ai quelques touches en fin de matinée mais les truites se décrochent.

Je ne me décourage pas. L’essentiel est d’avoir retrouvé le bord de l’eau et le calme. Ça change de la ville et c’est reposant.

En mangeant, j’ai croisé Philippe. Un autre pêcheur originaire de Loudes. Nous avons échangé pendant une bonne demie-heure. Il a lui aussi connu une matinée de pêche difficile, même si cette dernière s’est soldée par une belle prise.

Durant l’après midi, l’air se réchauffe. Le soleil apparaît. Les conditions sont plus favorables et les poissons sont au rendez-vous. Vers 14h, j’attrape ma première prise. Une fario de 15 centimètres qui est aussitôt retournée à l’eau.

truite
Ma première truite de l’année

Au passage, je suis un grand adepte du no-kill. Cette pratique consiste à remettre les poissons à l’eau quelle que soit leur taille. Elle permet de préserver les populations et elle est encore trop peu connue des pêcheurs.

Pendant l’après midi, je pêche trois autres poissons (13, 18 et 19 centimètres). La fatigue commence à se faire sentir. Il est temps de me rendre dans le chambre d’hôte de David et Sylvie, qui se situent à proximité.

L’accueil est chaleureux et les hôtes sympathiques… Je recommande cette chambre d’hôte. J’y ai passé une bonne nuit de repos bien méritée.

polignac
Le magnifique village de Polignac

Le lendemain, je suis retourné pêcher une heure ou deux avant de rentrer chez moi. J’ai déjà hâte de pouvoir revenir dans ma région natale pour une nouvelle partie de pêche.

Y-a-t’il des pêcheurs parmi mes lecteurs ? Je serai ravi d’échanger avec vous. Vous pouvez vous manifester dans les commentaires.


Laisser un commentaire